King_Henry_IV_of_FranceLe prétendant au trône de France avait demandé à ce que la tête coupée du roi de France Henri IV, égarée pendant la Révolution française et retrouvée et identifiée en 2010, soit remise avec le corps du défunt. Louis de Bourbon estime qu’il est temps que la tête momifiée, identifiée par des médecins légistes, soit de nouveau inhumée avec son corps pour que l’un des monarques les plus aimés de France puisse reposer en paix.

Henri IV avait 57 ans en 1610 lorsqu’il a été assassiné par François Ravaillac, un fanatique catholique. Il avait été enterré aux côtés des autres rois de France à la basilique Saint-Denis, aux environs de Paris. Les révolutionnaires français avaient cependant exhumé le corps en 1793, mais un mystérieux admirateur du « Bon roi Henri » s’était arrangé pour en récupérer la tête.

La tête fut perdue de vue pendant près de 200 ans, jusqu’à ce qu’un collectionneur privé la cède à Louis de Bourbon, duc d’Anjou, banquier de son état et descendant direct de roi Henri. Une lésion près du nez, une oreille percée et une ancienne blessure faciale – résultant d’une tentative d’assassinat antérieure – faisaient partie des signes permettant d’identifier la tête.

Louis de Bourbon avait alors écrit au président Nicolas Sarkozy pour demander à ce que la tête soit remise dans son lieu légitime de repos. « Ce n’est ni une pièce de musée ni un joyau archéologique. C’est une partie des restes d’un homme, un chef d’État. Elle mérite le respect. » « Il était un roi aimé du peuple français, qui portait attention à sa qualité de vie et qui a fortement contribué au développement de la France.

Sans réponse du Président, de l’époque et actuel, la controverse sur l’identification perdurant, Louis de Bourbon fait reposer la tête dans un établissement dont le nom est gardé secret, sur la rive droite de Paris. Car c’est à l’Élysée que revient la décision finale.